Driss Guerraoui: “La réactivation du Conseil de la concurrence est venue à point nommé pour contribuer à la démocratie économique”

La récente sortie du Conseil de la concurrence au sujet du plafonnement des marges des pétroliers a créé la polémique. Driss Guerraoui la dissipe avec méthode et souligne la nécessité d’une gouvernance économique pour lutter contre les monopoles, les positions dominantes et la collusion entre le monde des affaires et la sphère politique.

Par et

Driss Guerraoui, président du Conseil de la concurrence. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Le Conseil de la concurrence était inactif depuis longtemps. Votre prédécesseur s’en est beaucoup ému et s’est plaint dans la presse. Arriver à la tête d’une institution autant scrutée et attendue, c’est une lourde charge…

Je mesure la responsabilité et la confiance dont m’a investi Sa Majesté le Roi en prenant la décision de réactiver le Conseil de la concurrence, et je mesure l’importance de cet acte politique pour bâtir une gouvernance économique bonne et responsable. Cela s’inscrit à mon sens dans le cadre de l’accomplissement du cadre institutionnel national qui veut donner à des instances indépendantes un pouvoir réel pour peser sur les grands équilibres. Je crois que nous sommes dans une phase de concrétisation des innovations apportées par la nouvelle Constitution. La Cour des comptes,…

article suivant

Trois morts et plusieurs blessés dans une attaque au couteau à Nice