Felwine Sarr : “Les Africains doivent redevenir les sujets de leur histoire et non pas les objets”

Comment penser l’Afrique en 2019 ? Quels sont les défis du continent ? Quel est son avenir ? Pourquoi la restitution des œuvres est-elle importante pour l’Afrique ? L’intellectuel sénégalais Felwine Sarr nous livre quelques pistes de réflexion.

Par

L'économiste et ecrivain senegalais, Felwine Sarr, propose une autre lecture des transformations en cours en Afrique.

Il est l’un des penseurs africains les plus en vue. Économiste et professeur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis au Sénégal, l’intellectuel Felwine Sarr invite le continent africain à un travail de décolonisation économique, psychologique et sociale. Tout en appelant son public à “dessiner une utopie active qui se donne pour tâche de débusquer dans le réel africain les vastes espaces du possible et les féconder”. Son rapport sur la restitution des œuvres africaines, coécrit avec l’historienne de l’art française Bénédicte Savoy et remis le 20 novembre au président Emmanuel Macron, le replace au centre de l’actualité. Nous l’avons rencontré alors qu’il était invité par l’Institut français du Maroc en marge de la 25e édition du Salon international de l’édition et du livre. Interview.

TelQuel : Que signifie être africain aujourd’hui ?

Felwine Sarr : Ça veut dire être coresponsable du destin de l’humanité, cohéritier de son patrimoine…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés