Tawfik Moulnakhla, le ticket gagnant

Fonceur invétéré, Tawfik Moulnakhla ne croit pas à la fatalité de l’échec. 
Le succès de sa start-up Guichet.ma lui donne raison.

Par

Fonceur invétéré, Tawfik Moulnakhla ne croit pas à la fatalité de l’échec. 
Le succès de sa start-up Guichet.ma lui donne raison.

  L’appel du digital Il a fallu trois mois de stage chez Wafa Assurance pour convaincre Tawfik Moulnakhla que l’existence est moins pénible quand on fait ce que l’on aime. Du coup, le jeune homme, qui ne quitte jamais ses crayons de couleur, contracte un crédit pour financer son cursus dans une école de graphisme. “Je ne me doutais pas que j’y enseignerai un jour”, sourit fièrement Tawfik. Né à Aïn Chock, Casablanca, ce “fils du peuple”, comme il se qualifie lui-même, connaît la valeur du travail. Sorti major de sa promo, il est engagé dans une agence de communication. Pendant deux ans, il ne dessine que des logos: “Avant, les marques fixaient la limite à deux couleurs. Moi, j’en mettais quatre ou cinq à la fois”. Il fait courir le cheval de la Banque Populaire, illumine les lettres de CNIA Assurance. Nous sommes en 2009 et, avec l’explosion d’Internet au Maroc, tout le…

article suivant

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 10 août