N’en déplaise à MBS!

N’en déplaise à MBS!

Par Réda Dalil

Le prince hériter d’Arabie Saoudite, Mohamed Ben Salmane, n’est pas le personnage complexe qu’une presse occidentale complaisante veut bien nous présenter. Habitué à ce que ses alliés lui mangent dans la main, MBS, dit “le féroce”, n’a de doctrine que son propre narcissisme. Perçu un temps comme le fer de lance d’une monarchie saoudienne “new age”, on le crut déterminé à dépoussiérer l’ADN d’un pays verrouillé sur le plan sociétal, promoteur d’un wahhabisme qui aura inondé le monde de son radicalisme mortifère. MBS se promettait de tout changer.

Au début, bien que ses méthodes gênèrent nombre de “démocrates” aux entournures, on fit la sourde oreille. Sa prise d’otage du Premier ministre libanais, sa mise en quarantaine de l’élite économique de Riyad au Ritz-Carlton, sa guerre au Yémen, firent des vagues somme toute modestes. Jusqu’à l’assassinat par nervis interposés du journaliste Jamal Kashoggi à Istanbul, le monde était conciliant envers MBS.

Mais les choses changent et la communauté internationale porte désormais un regard méfiant sur cet homme aux méthodes douteuses. Qu’à cela ne tienne ! Et bien que tous les faisceaux...

LISEZ GRATUITEMENT
CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT À TELQUEL

J’en profite Vous avez dèjà un compte TelQuel? Identifiez-vous
article suivant

Abderrahmane Achour n’est plus

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.