Sauvez Wali !

Le remplacement imminent du wali de Casablanca, Abdelkébir Zahoud, lève le voile sur un entrelacs de dysfonctionnements qui entravent le développement 
de la capitale économique.

Par et

La promenade de la Mosquée Hassan II est l'un des chantiers du programme de développement du Grand Casablanca qui ont pris du retard. Crédit: Louis Witter

Abdelkébir Zahoud vit ses derniers jours à la tête de la wilaya de Casablanca. C’est Saïd Ahmidouch, DG de la CNSS, qui sera nommé nouveau wali. La rumeur d’un “séisme” administratif s’est répandue comme une traînée de poudre après que Mohammed VI a décidé d’écourter son récent séjour à Casablanca.

Les retards s’expliquent par le mode de gouvernance

Le souverain ayant quitté la ville le 29 janvier au bout de 24 heures au lieu des trois jours prévus par le protocole, la presse s’est rapidement faite l’écho d’une colère royale au sujet des retards pris dans les chantiers du  programme de développement du Grand Casablanca. Quelques jours plus tard, le 7 février, à l’issue d’un Conseil des ministres, les fuites concernant le remplacement de Zahoud s’amplifient. Nommé wali en juin 2017, Abdelkébir Zahoud devait, entre autres missions, veiller à l’aboutissement du Plan de développement du Grand Casablanca (PDGC) 2015-2020, un ensemble de projets devant…

article suivant

De l’Arabie saoudite au Maroc, les violences faites aux femmes parlementaires