Zakaria Boualem et la grippe H1N1

Zakaria Boualem et la grippe H1N1

Par Réda Allali

Zakaria Boualem est inquiet. Il a entendu parler de cette grippe H1N1 et a le plus grand mal à garder sa sérénité. Il faut dire que dans sa version arabe, l’influenza des khanazir propose un patronyme qui évoque à la fois les fléaux du Moyen-âge et les films d’horreur de série B. Il a donc écumé les sites officiels pour y débusquer des informations susceptibles de lui permettre d’échapper à cette épouvantable calamité. Mais dans cette quête, il s’est heurté à plusieurs obstacles. Sans plus de formalités, les voici.

Le scepticisme radical. On ne peut pas reprocher à nos vaillants responsables de n’avoir pas tenté de nous informer sur l’influenza des cochons. Ils ont fait l’effort de publier des communiqués dans plusieurs langues, ils se sont déplacés sur les plateaux télé, ils ont même fait des petits dessins sur Facebook, ils se sont donné du mal les pauvres. Mais dans cette démarche, ils se sont heurtés à un mur de méfiance construit par des années de mensonges. Ils n’y sont pour rien, bien sûr, mais il se trouve que depuis...

LISEZ GRATUITEMENT
CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT À TELQUEL

J’en profite Vous avez dèjà un compte TelQuel? Identifiez-vous
article suivant

Mohammed VI augmente à 15.000 le nombre de conscrits

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.