“J’ai enquêté sur le scandale des interprètes afghans de l’armée française”

Le journaliste Quentin Müller a enquêté pendant deux ans sur les interprètes afghans recrutés par l’armée française à partir de fin 2001, au moment où celle-ci s’engageait aux côtés de l’OTAN en Afghanistan. Après l’enlisement du conflit, comment ont été traités les interprètes ? De cette question, il a fait un livre, Tarjuman, une trahison française. Il raconte à TelQuel le déroulé de son enquête.

Quentin Müller, journaliste et co-auteur de Tarjuman, une trahison française. Crédit: Brice Andlauer

En suivant l’OTAN dans sa guerre contre le terrorisme en Afghanistan, la France retrouve fin 2001 les chemins de la guerre et de l’occupation. Ses troupes débarquent en zone inconnue, sans relais ni repères, dans un pays complexe. Les armées tricolores se tournent alors vers de jeunes locaux francophones et anglophones pour des missions d’interprétariat. Pendant des années, la France va s’appuyer sur eux pour former l’armée nationale afghane et éradiquer Al Qaïda et les Talibans. Une béquille que les gouvernements Hollande, puis Macron, vont délaisser après l’enlisement du conflit. Avec mon coauteur, Brice Andlauer, j’ai enquêté pendant deux ans sur ce triste scandale qui rappelle d’autres hécatombes de l’intervention française à l’étranger.” [caption id= »attachment_1627743″ align= »alignright »…

article suivant

Aïd Al Adha : grâce royale au profit de 752 personnes