H1N1, une communication grippée…

A l’heure où nous mettons sous presse, 16 décès causés par le virus de la grippe A H1N1 ont été dénombrés. Selon le ministère de la Santé, “la situation épidémique est sous contrôle”. Pourtant, depuis plus de dix jours, la psychose ne désenfle pas et l’opinion publique ne semble pas convaincue par les annonces ministérielles. Décryptage d’une incompréhension entre citoyens et officiels.

Par

Aux dernières nouvelles, 16 décès causés par le virus H1N1 ont été constatés au Maroc. Crédit: AFP

Il y a un problème de communication entre le monde scientifique et la population”. Cette phrase, confiée par Rachid El Khettar, pneumologue et allergologue à Casablanca, résume bien la situation actuelle en ce qui concerne la grippe A H1N1. “Sur plus de 500 échantillons prélevés à titre indicatif, le virus de type A représente 97,3% des souches en comparaison avec le virus de type B. 80,6% des virus identifiés de type A sont des H1N1. C’est la souche prédominante cette année. Une souche comme les autres”, rassurait pourtant Hicham Nejmi, secrétaire général du ministère de la Santé, contacté par TelQuel. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le H1N1 est signalé au Maroc. Mais pourquoi en entend-on…

article suivant

[Bilan d’étape] Ciblage renforcé, égalité des chances : les recommandations de la CSMD pour les politiques sociales