"Genève bis" : Horst Kohler annonce une deuxième table ronde en mars

L’envoyé personnel pour le Sahara d'Antonio Guterres veut organiser une nouvelle table ronde sur le Sahara. Prévue pour le mois de mars, elle devrait réunir, comme à Genève en décembre 2018, le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario.

Par

Conseil de sécurité de l'ONU. Crédit: Kena Betancur / AFP

Horst Kohler, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara a annoncé, le 29 janvier, à l’issue d’un briefing devant le Conseil de sécurité de l’ONU à New York, son intention d’organiser une nouvelle table ronde sur le Sahara, sur le même modèle que celle qui s’est tenue début décembre à Genève en présence du Maroc, de l’Algérie, de la Mauritanie et du Front Polisario. Le lieu de cette nouvelle réunion n’est pas connu.

Horst Kohler souhaite en revanche s’entretenir individuellement, courant février, avec les quatre acteurs du conflit, afin de définir un “agenda” qui jettera les bases de la prochaine table ronde. « Nous préparons le prochain round et nous nous attendons à une bonne réunion en mars », a-t-il déclaré à l’agence MAP.

« Kohler a une vision »

L’ambassadeur français à l’ONU François Delattre a salué l’abnégation de l’Envoyé personnel à faire avancer les pourparlers. « Il ressent un élan réel. Il a une vision, et la confiance de toutes les délégations autour de la table. Donc, nous avons un bon environnement », a estimé le diplomate, ajoutant que que les efforts de Kohler jouissaient d’un soutien « unanime » auprès des membres du Conseil de sécurité.

« Il était très important de voir que tout le monde autour de la table (du Conseil de sécurité, NDLR) le soutenait. Tout le monde a dit qu’il s’agit d’un conflit auquel nous pourrons trouver une solution », a confirmé l’ambassadeur allemand Christoph Heusgen, insistant sur sa volonté d’aboutir à “une solution réaliste et durable” de ce conflit, coupable selon lui de porter atteinte au “potentiel économique du Maghreb”.

article suivant

Dernière minute, réorganisation, blocage… Bis repetita pour les Marocains résidant à l’étranger