Les contre-arguments du ministère de l’Industrie après la plainte de Scholz au CIRDI

Les contre-arguments du ministère de l’Industrie après la plainte de Scholz au CIRDI

Après la plainte déposée contre le Maroc au CIRDI par le holding allemand Scholz, le département de l’Industrie sort de son silence pour nous donner sa version.

Par

Aicpress

Le Maroc est à nouveau attaqué devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI). Selon le holding allemand Scholz, à l’origine de la plainte au tribunal arbitral de la Banque mondiale, le gouvernement marocain aurait fait barrage à son investissement dans une unité de recyclage de déchets ferreux lancée en 2008.

« Après avoir investi et démarré en beauté et atteint plus de 450 millions de dirhams de chiffre d’affaires, l’activité de la société a été stoppée brutalement par une décision du ministre de l’Industrie actuel, au lendemain de sa nomination fin 2013, qui avait interdit l’exportation de sa ferraille et restreint les importations de barres d’armature au Maroc », nous explique une source au sein de Scholz Metall Marokko, filiale marocaine du groupe allemand. Le montant réclamé devant le CIRDI : 60 millions d’euros.

« Le seul exportateur de ferraille à cette époque était Scholz, et il aurait été judicieux de le consulter et de trouver un accord. De plus, cette décision a été prise sans aucune information et l’interdiction a été effective et totale mais sans...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Meghan Markle et le Prince Harry sont arrivés à Casablanca... avec près d'une heure de retard

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.