Bibi joue sa survie politique

Les Israéliens iront aux urnes le 9 avril prochain. Cerné par des enquêtes de corruption, Benjamin Netanyahou aurait provoqué ces élections pour devancer la justice et décrocher un cinquième mandat. Réussira-t-il son pari?

Par

Benjamin Netanyahou cherche à prendre de la vitesse sur la justice et à renforcer sa légitimité en cas d'accusations criminelles Crédit: AFP

S’il y a une chose qu’il ne peut nier, c’est son amour du spectacle. Pendant trois longues heures, lundi 7 janvier, le Premier ministre israélien a tenu tout le pays en haleine avec la promesse d’une « annonce dramatique » en soirée, à une heure de grande écoute. Les analystes les plus chevronnés nageaient en plein brouillard, moins de deux semaines après la dissolution du parlement. L’air grave, Benjamin Netanyahou est finalement apparu à l’écran. Pour une énième fois, il venait clamer son innocence dans les trois enquêtes pour corruption qui le mettent en danger. Le chef du Likoud réclame une confrontation diffusée en direct avec les témoins clés qui l’incriminent. “Je n’ai pas peur, je n’ai rien à perdre”, a-t-il répété, pourtant sur la défensive. Ce vétéran de la politique israélienne, accroché au pouvoir depuis dix ans, après un premier mandat de 1996 à 1999, se pose en…

article suivant

Comment la CAF gère (mal) son argent (3/5)