Abdessamad Dialmy: "On vit et on se meut intellectuellement dans l'ordre du phallus"

Tniouni

Smyet bak ? Abdellah. Smyet mok ? Aïcha. Nimirou d’la carte ? C88656. Dans votre nouveau livre, Ville, sexualité et islamisme, qui reprend largement une ancienne enquête que vous avez réalisée dans les années 1990, vous comparez la construction de la médina à un utérus. Le lien est tiré par les cheveux, non ? J’ai élaboré une théorie sur le rapport entre l’espace et la sexualité, j’y distingue quatre modes de relations : un mode symbolique, un mode lexical, un mode territorial et un mode fonctionnel. Le premier mode consiste à dire que l’espace construit a une signification sexuelle, et c’est dans ce sens-là que je compare la médina à un utérus. Je m’appuie sur sa structure circulaire, sa forme labyrinthique qui doit être considérée comme un mécanisme de défense destiné à dérouter l’autre, et sur sa fermeture. Dans la même logique, j’explique que le minaret ou les murailles qui entourent la cité peuvent être comparés à un phallus. La tour de la mosquée qui sert à l’appel à la prière symbolise l’union entre l’homme et Dieu, la même fonction peut être projetée…

article suivant

Casablanca se dote d’une police funéraire