Les fruits d’une politique

Par Aicha Akalay

Ceux qui s’attendaient naïvement à ce que l’Union européenne et ses organes exécutifs et législatifs se prononcent cette semaine sur la marocanité du Sahara peuvent être déçus. La raison leur oppose un argument simple: le statut du Sahara est entre les mains de l’ONU et nul ne peut s’accaparer ses prérogatives. Cet argument est la colonne vertébrale des positions diplomatiques de l’Etat marocain sur le Sahara face à tous ses partenaires. En substance, la politique de Mohammed VI consiste à ne plus renverser la table des négociations dès qu’un pays ou un ensemble ne reconnaît pas la souveraineté du royaume sur le Sahara occidental. Mais tout en réaffirmant sa position ferme sur ce dossier, le dialogue, l’échange et le partenariat sont possibles, encouragés et finalement plus bénéfiques pour convaincre de la légitimité de la position de l’Etat et d’une écrasante majorité de Marocains. Ce sont les fruits de cette politique qui ont permis la réintégration du Maroc à l’Union Africaine, votée par une majorité de pays africains, il y a deux ans. Avec les partenaires européens, cette doctrine, imprégnée de…

article suivant

Rivaldo va rejoindre le Chabab Mohammedia