"Comment récupérer ces compétences marocaines qui excellent à l’étranger?" s'interroge Amzazi

"Comment récupérer ces compétences marocaines qui excellent à l’étranger?" s'interroge Amzazi

Chaque année, ils sont près de 600 ingénieurs nés et formés au Maroc à préférer le quitter en quête de meilleures conditions de travail. Face à ce phénomène "de plus en plus inquiétant", la question de comment motiver leur retour s'est posée au parlement. La réponse du ministre de l'Enseignement supérieur.  

Par

Saïd Amzazi, ministre de l'éducation Crédit: DR

Chaque année, 600 ingénieurs quittent le Maroc », a déclaré Saïd Amzazi, ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique le 14 janvier lors de la séance des questions orales à la Chambre des Représentants. Le ministre issu du Mouvement populaire a souligné le caractère « universel » de ce phénomène qui découle « d’une mobilité générale des compétences entre les continents, en quête de conditions de travail et de recherches scientifiques plus appropriées ».

Le problème étant identifié, il convient maintenant de le circonscrire. « La question qui doit être posée est comment récupérer ces compétences marocaines qui excellent à l’étranger », poursuit Saïd Amzazi. Or, « le Maroc ne présente pas d’incitations permettant de séduire ces compétences en vue de les récupérer », ajoute-il, avant d’abonder « Un enseignant-chercheur marocain qui travaille en Europe, s’il décide de rentrer dans son pays, il doit recommencer aux premiers échelons administratifs, en tant que professeur-assistant. Ceci n’est pas acceptable, et doit être changé ».

La solution consiste donc à « créer de nouvelles formules de recrutement à même de garantir à ces compétences, désirant intégrer les universités et instituts de formation marocains, l’intégration dans des échelles plus adaptées à leur niveau de compétences et années d’expérience », conclut le ministre.

article suivant

Après sa marche arrière, le Lesotho réaffirme sa neutralité sur le dossier du Sahara

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.