Avec un nouveau datacenter géant, Inwi met l'accent sur la souveraineté des données

Avec un nouveau datacenter géant, Inwi met l'accent sur la souveraineté des données

Inwi a inauguré le 15 janvier 2019 au Technopolis de Rabat son 4e data center, le plus grand du Maroc, en mettant l'accent sur la souveraineté nationale, les enjeux du cloud et de la sécurité numérique aussi bien pour les acteurs publics que privés.

Par

15 Janvier 2019. Inauguration du 4e datacenter d'Inwi au Technopolis de Rabat par la PDG du groupe Nadia Fassi-Ferhi et le directeur d'Al Mada, Hassan Ouriagli

Sur le parking du Technopolis de Rabat, beaucoup de berlines et de 4×4 haut de gamme. Quelques mètres plus loin, une salle de cocktail se dessine sous un chapiteau sombre, tamisé par des lumières violettes, la couleur caractéristique de la marque organisatrice. A l’intérieur, en costumes cravates, des représentants d’entreprises privées ou d’administration publiques marocaines, notamment des ministères. Nadia Fassi Fehri, PDG d’Inwi est sur place. Hassan Ouriagli, PDG du fonds Al Mada actionnaire de référence de l’opérateur téléphonique a aussi fait le déplacement. « C’est l’évènement de l’année pour Inwi, » nous avait-on prévenu en amont. Sous une énorme banderole sur laquelle la marque qui revendique être « la voie de la sécurité intégrale pour votre entreprise », on parle facture numérique, opportunité business, amélioration du stockage cloud, enjeux nationaux pour la numérisation de l’économie… Bien loin de l’ambiance geek qui règne à l’accoutumée dans une pièce où s’alignent les serveurs.

C’est pourtant bien ici qu’Inwi lance son quatrième data center, le plus grand du Maroc. L’opérateur téléphonique en profite pour vanter les bienfaits de son cloud, cette solution dématérialisée qui permet de stocker ses données à distance. Un data center, c’est justement ça : l’espace où sont stockées les données d’une ou plusieurs entreprise, en dehors de ses murs, dans des serveurs. Cela permet à l’entreprise, ou à toute les filiales d’un même groupe, d’avoir accès à toutes ses données en permanence et depuis n’importe quel lieux, avec une simple connexion internet. Autant dire que les informations centralisées dans ces datacenters valent de l’or.

Les enjeux du cloud

C’est d’ailleurs pour des raisons de sécurité que la grande majorité des PME et grandes entreprises stockent désormais leur données sur le cloud. Une gestion en interne de ses données rend l’entreprise vulnérable à une panne de serveurs, ou même à un incendie. L’externalisation de la gestion et du stockage des données, c’est aussi une réduction du coût d’infrastructure. Rencontré lors de l’événement, le représentant du ministère de la fonction publique marocaine explique à TelQuel : « Le stockage de nos données est un vrai casse-tête. Nous devons recruter des ingénieurs, calculer les taux d’obsolescence de nos machines, gérer la maintenance, le lieux physique du stockage… C’est un coût important. Externaliser ce service serait un atout très intéressant qui nous permettrait de mitiger les risques. Pas de panne, pas de maintenance, nous y gagnerions, et c’est ainsi que va le monde ».

Mais le cloud a aussi ses inconvénients. « Dans un monde où tout sera connecté, voiture, lunettes, table, que sais-je… Il faut savoir qui possède les informations derrière tout ça, » nous confie un représentant d’Engie Maroc, dont on devine le soucis que les données traitées par cette filiale d’un géant mondial de l’énergie ne se retrouvent pas entre toutes les mains.

C’est précisément sur la sécurité des données et l’accompagnement des entreprises dans leur transition digitale qu’Inwi a choisit de mettre l’accent. « C’est un point capital. Les entreprises marocaines, qu’elles soient grandes ou petites, ont besoin de s’appuyer sur des infrastructures et des solutions leur assurant la meilleure sécurité de leurs données. La construction d’un cloud souverain permet également à notre pays d’améliorer la compétitivité et l’attractivité de son économie, » explique Nadia Fassi Fehri, PDG d’Inwi dans son discours inaugural, appuyée par Hassan Ouriagli, PDG du fonds Al Mada, actionnaire de référence de l’opérateur.

La souveraineté de la data

Alors que la moitié du marché mondial du cloud est l’affaire des entreprises américaines Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure, la question de la souveraineté des données devient un argument pour les entreprises stratégiques et les administrations publiques. Où sont matériellement stockées les données ? Qui y a accès ? Quelles lois s’appliquent ? Avec son « data center souverain« , Inwi garantit que les données sont stockées au Maroc et détenues dans les locaux d’un opérateur national, avec l’objectif rassurer certaines entreprises traditionnellement réticentes comme celles opérant dans le secteur de la santé et celui de la banque à opter pour une solution cloud.

Dans son catalogue d’offres, l’opérateur met aussi en exergue les enjeux de la cybersécurité. Quelques chiffres à l’appuis :  le nombre de cyber-attaques a augmenté de 752 % en 2017 et affiche un total de 445 milliards de dollars de fraude à l’échelle mondiale.

En matière de sécurité, Inwi met également en avant les caractéristiques techniques du plus grand data center du Maroc. 1000m² de surface avec une extension prévue qui doublera la zone exploitable à terme, sous surveillance humaine et caméras 24h sur 24 et 7 jours sur 7, certifié Tier III par l’Uptime Institute, la référence dans le domaine des centres de données. Tout le data center est « redondé » énergétiquement et en terme de serveurs. Traduction : il y a des sauvegardes des serveurs en cas de panne d’une machine, et des générateurs prennent le relais en cas de coupure de courant.

à lire aussi

 

article suivant

Cepsa et Derhem Holding lancent leurs stations-service pour 1,3 milliard de dirhams

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.