Formation professionnelle: La déclaration de Dakhla, premier pas pour une politique africaine commune

Formation professionnelle: La déclaration de Dakhla, premier pas pour une politique africaine commune

La Déclaration de Dakhla sur la formation professionnelle signée le 22 décembre 2018 est un premier pas vers l'élaboration de politiques communes en matière d'employabilité en Afrique. Une urgence pour le continent le plus jeune du monde.

Par

Premier Forum Africain sur la formation professionnelle : Adoption de la Déclaration de Dakhla Crédit: MAP

Dix-neuf ans. C’est aujourd’hui l’âge médian en Afrique, contre 42 ans en Europe. Alors que le reste des continents vieillissent, l’Afrique voit sa population entre 15 et 35 ans croître rapidement, si bien qu’elle devrait doubler pour atteindre près de 850 millions à l’horizon 2050. Si l’extrême jeunesse du continent africain représente une source de vitalité pour les prochaines décennies, elle peut aussi être une bombe à retardement.

Cette croissance démographique nécessite une transformation substantielle du système de formation professionnelle, levier d’insertion socio-économique pour les jeunes et les migrants. A ce jour, 12 millions de jeunes Africains entrent sur le marché du travail chaque année, pourtant, seuls 3 millions d’emplois sont disponibles. Le calcul est vite fait. Et parmi ces jeunes entrants, beaucoup sont peu ou mal formés, ou sont en inadéquation avec les besoins des entreprises.

La Déclaration de Dakhla sur la formation professionnelle, signée le 22 décembre, est un premier pas vers une coopération panafricaine au service de l’employabilité. Rien de concret, certes, mais une volonté de créer un espace commun d’échange, d’homogénéiser les certifications au sein de l’Union Africaine et la promesse de faire le point tous les deux ans. Et c’est déjà beaucoup : seule une approche panafricaine peut libérer pleinement le potentiel de la jeunesse africaine.

La déclaration de Dakhla en 5 points :

  • Créer un espace privilégié de promotion d’une vision africaine commune sur la formation professionnelle, comme un espace à même de favoriser les échanges d’expériences, les initiatives et les bonnes pratiques de chacun des Etats membres dans une démarche de mutualisation.
  • Appeler les pays africains à collaborer avec l’Union Africaine pour l’élaboration d’un cadre africain pour la certification auquel devront se référer les cadres de certification adoptés par chaque pays. Ce processus d’homogénéisation de la certification à l’échelle du continent sera à même de promouvoir la mobilité académique des jeunes et leur progression professionnelle. 
  • Inviter le Maroc à maintenir et à intensifier son action liée à la promotion de la coopération sud-sud en faveur du continent en matière de formation professionnelle.
  • Développer la mise en place de centres d’excellence dans le cadre de la coopération Sud-Sud.
  • Pérenniser le Forum Africain sur la Formation Professionnelle à travers son organisation régulière tous les deux ans.

article suivant

Six pépites de mauvaise gouvernance glanées dans le dernier rapport de la Cour des Comptes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.