Mohamed Leftah, l’histoire d’une injustice

Mohamed Leftah, l’histoire d’une injustice

Incompris par les éditeurs, ignoré par les critiques, l’auteur de Demoiselles de Numidie n’a connu un succès d’estime qu’au soir de sa vie. Exhumée grâce à un heureux concours de circonstances, son œuvre demeure, dix ans après sa mort, largement méconnue. Retour sur le parcours d’un écrivain exceptionnel.

Par

Pour le critique Salim Jay, “Leftah est la chance qu’a connue la littérature marocaine au cours de ces vingt dernières années”. Crédit: DR

En juillet 2008, s’éteignait au Caire Mohamed Leftah, à 62 ans, dans l’indifférence. Encore méconnue dans son pays, son œuvre, dont une partie a été découverte à titre posthume, vaut pourtant à l’écrivain d’être comparé à Jean Genet, Pierre Louÿs ou Apollinaire. “Leftah est la chance qu’a connue la littérature marocaine de langue française au cours de ces vingt dernières années. C’est une chance car quand on aura lu ses livres, on fera la différence entre pondre des livres et en écrire”, nous dit le critique littéraire Salim Jay. “Pourquoi un homme aussi évidemment doué est-il resté si longtemps méconnu ? Pourquoi une telle cécité ? Faut-il maudire les éditeurs, les critiques littéraires, le monde en général ?” s’interrogeait, dans une chronique, l’écrivain Fouad Laroui, peu après la mort de Leftah.

Incompris par les éditeurs, ignoré par les critiques littéraires, cet admirateur de Baudelaire, sans cesse enivré de vin et de poésie, n’avait pourtant jamais été découragé au point de se départir de “son arme contre la barbarie” : ses romans, dans lesquels sa plume poétique chante majestueusement les univers...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

#Çavasaigner : La précarité menstruelle est aussi une problématique marocaine

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.