Rapport: Jettou décortique la gabegie de l’éducation

Le Plan d’urgence 2009-2012 pour l’éducation devait permettre de rattraper 
les retards engrangés depuis 2000 dans ce secteur prioritaire. Les nouvelles réformes successives entreprises ces dernières années suggéraient déjà que 
ce plan n’avait pas été une réussite. Un euphémisme, à la lumière du bilan chiffré et détaillé que dresse un rapport de la Cour des comptes publié le 12 décembre.

Par

L’institution présidée par Driss Jettou a comparé les objectifs 
de 2009 aux réalisations 
de 2017. Le gap est flagrant. Crédit: MAP

C’était un secret de polichinelle, la Cour des comptes le confirme. Le Plan d’urgence (PU) 2009-2012 pour l’éducation a été un échec. Cuisant. Alertée par plusieurs audits d’académies régionales, l’institution présidée par Driss Jettou s’est livrée à un exercice de comparaison des objectifs affichés en 2009 avec les réalisations constatées en 2017, dont les conclusions ont été rendues publiques le 12 décembre. Il ressort que des 43,12 milliards consentis pour le secteur, seuls 58% ont été consommés, faute de “capacité de gestion suffisante”. Aussi, sur le plan quantitatif, si le nombre d’élèves et le nombre d’établissements ont augmenté depuis 2009, la capacité d’accueil reste “insuffisante”, l’objectif de couverture territoriale n’est pas atteint, sans compter les milliers d’établissements “en état de dégradation” et…

article suivant

Comment les sociétés tolérantes se laissent porter par la haine