Bachir Rachdi nommé président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption

Bachir Rachdi nommé président de l'Instance nationale de lutte contre la corruption

Mohammed VI a reçu, jeudi 13 décembre 2018 au Palais Royal à Rabat, Mohamed Bachir Rachdi que le Souverain a nommé président de l'Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la Corruption.

Par

Depuis deux ans, suite au départ de Abdeslam Aboudrar président de l’Instance centrale de prévention de la corruption (ICPC) nommé ambassadeur à Londres en février 2016 , était attendue l’activation de l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la Corruption (INPPLC), prévue par la Constitution de 2011. C’est désormais chose faite. Bachir Rachdi a été nommé par le roi successeur de Abdeslam Aboudrar. Né en 1960 à Khouribga, Bachir Rachdi est titulaire du diplôme d’ingénieur d’Etat en génie électrique et informatique industrielle de l’Ecole Mohammedia d’Ingénieurs à Rabat. Il est actuellement le président, directeur général d’une société marocaine spécialisée dans la production de solutions informatiques.

Il est également membre du Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) et co-auteur d’un rapport de 116 pages, dans lequel il livre une nouvelle vision pour le développement industriel du Maroc. Membre du Conseil national et Ex-secrétaire général de Transparency Maroc, Bachir Rachdi préside aussi la Commission « Ethique et bonne gouvernance » de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Il a été membre du Comité exécutif de l’Instance centrale de prévention de la corruption et du Collectif associatif pour l’observation des élections en 2002.

Selon le communiqué du cabinet royal publié par la MAP, le roi  « a mis l’accent sur l’importance que le Souverain ne cesse d’accorder à la lutte contre la corruption sous toutes ses formes, tant au niveau du fonctionnement des administrations et établissements publics et son impact sur les services rendus aux citoyens, qu’au niveau des répercussions négatives de ce fléau sur les différents secteurs de l’économie nationale et sur la réalisation d’un développement durable et équilibré.

Dans ce cadre, le Souverain a donné Ses Hautes Orientations au nouveau Président afin d’œuvrer à la mise en oeuvre optimale des missions confiées par la Constitution à cette instance nationale, notamment en ce qui concerne la prise d’initiative, la coordination, la supervision de l’exécution et le suivi des politiques de lutte contre la corruption, la contribution à la moralisation de la vie publique, la consécration des principes de bonne gouvernance, de la culture du service public, et de l’intérêt général, ainsi que des valeurs de la citoyenneté responsable.

Sa Majesté le Roi, que Dieu Le préserve, a également souligné la nécessité de la coordination, de la coopération et de la conjugaison des efforts avec les institutions et instances nationales concernées, chacune en ce qui la concerne, pour une mobilisation collective, l’utilisation de tous les mécanismes de sensibilisation et des moyens juridiques dans le but de prévenir et de lutter contre ce fléau dans tous ses manifestations, et l’application des procédures légales et judiciaires à l’encontre des contrevenants ».

Avec MAP

article suivant

Les raisons derrière le choix des membres de la commission pour le modèle de développement

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.