Le régime syrien a tué l’état syrien

Le régime syrien a tué l’état syrien

Par Omar Saghi

La Prusse n’est pas un pays qui a une armée, c’est une armée qui a un pays”. Attribuée à Mirabeau, la citation révèle d’une manière humoristique ce qui semblait être la singularité allemande: une nation jeune dont la colonne vertébrale, l’armée, était prête au besoin à sacrifier le pays pour sa propre survie. Il s’agit peut-être d’un a priori faux sur l’Allemagne, toujours est-il que de la Syrie actuelle, on peut sans hésitation parler d’un régime prêt à sacrifier l’Etat pour sa survie.

Distinguer le régime de l’Etat permet de mieux cerner les vitesses historiques. Les régimes se succèdent, la France par exemple a connu cinq républiques et deux empires, mais l’Etat subsiste, comme le corps survit à la chemise qui le recouvre. Il s’agit là du moins de la logique politique. Mais pas en Syrie, pas depuis 2011. Le clan alaouite, appuyé sur l’appareil de sécurité et le parti Baas, bref, le régime de Damas, mène une guerre acharnée contre son peuple, ses infrastructures, sa cohésion nationale, détruisant tout fondement stato-national, au nom de sa propre survie.

Le corps est presque détruit, mais le vêtement va perdurer. La.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Après le président, le Conseil de la concurrence retrouve 12 nouveaux membres

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.