Kacimi l'Africain

Jusqu’au 3 mars 2019 à Marseille, le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCem) accueille la “transition africaine” de Mohammed Kacimi. Une exposition qui relève le rôle déterminant d’un des plus grands plasticiens marocains dans la construction d’un nouvel imaginaire méditerranéen.

Par

Mohammed Kacimi voulait réduire l’écart entre la vie et l’art. Anticonformiste, il a voulu sortir du cadre étroit de la toile en peignant des fresques au Maroc et en France. Crédit: Archives Kacimi

Marseille, 22 novembre. Une douce brise fraîche souffle sur la cité phocéenne et traverse une esplanade baignant dans une lumière sombre. Nous sommes au MuCem, musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, un édifice pensé pour retracer les antiques fondations de la Mare nostrum, berceau de civilisations. On arpente la passerelle qui relie la bâtisse J4 et le fort Saint-Jean. Un passage qui fait office de trait d’union entre les deux rives du bassin méditerranéen. Tel est l’esprit qui imprègne l’exposition “1993-2003, une transition africaine” de Mohammed Kacimi, consacrée à la “période africaine” du plasticien.

Circuit ouvert

Peintures, sculptures, manuscrits, textes, dessins, photographies, vidéos… au total, 325 œuvres sont exposées dans la grande salle du fort Saint-Jean. Un lieu où aucun parcours n’est imposé, où aucun sens de visite n’est ordonné. “C’est une première…

article suivant

Ramzi Boukhiam remporte un championnat QS au Brésil