Maghreb, la grande saga du raï

Maghreb, la grande saga du raï

S'il est tombé dans les oubliettes médiatiques, le raï ne cesse de résonner, telle une rengaine lancinante, aussi bien dans les bars de Casablanca que dans les mariages oranais ou les cabarets orientaux de la région parisienne. De la voix gutturale de Cheikha Rimitti aux refrains sirupeux de Cheb Hasni en passant par les mélodies inimitables de Khaled, zoom sur un patrimoine musical à la fois transgressif et mainstream, porté par une jeunesse assoiffée de liberté.

Par

Surnommé “le King”, Khaled a réinventé les codes avec “Shab El Baroud”, qui cartonnera 
en Algérie avant de franchir les frontières marocaines et tunisiennes. Crédit: FETHI BELAID / AFP

Liberté, égalité, fraternité… et danse”. C’est en ces termes que le chanteur algérien, Rachid Taha, décédé en septembre dernier, décrivait la philosophie du raï. Une phrase surprenante qui reprend la devise de la France. Et résume, à elle seule, la portée de ce genre musical né à Oran au début du XXe siècle, que l’on peut traduire par “jugement”, “opinion” ou encore “destinée”. Les péripéties traversées par le raï et ses acteurs résonnent étrangement en ces temps troublés. Comme la joie, qui émane de cette musique portée par une jeunesse assoiffée de liberté, ne cesse de susciter la nostalgie. Toute une saga, qui a fait l’objet, le 6 octobre dernier à Casablanca, d’une masterclass animée par Rabah Mezouane, programmateur de l’Institut du monde arabe (IMA), dans le cadre du très réussi Casalgéria, organisé par l’Uzine. On rembobine.

Une musique de chioukh

Si les premières traces enregistrées remontent à 1954, avec la publication, par Pathé, des 78 tours de la controversée Cheikha Rimitti, le raï est en fait bien plus ancien. “C’était une musique de plaines née du côté d’Oran,...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Le premier ministre éthiopien reçoit le prix Nobel de la paix, mais écourte son programme

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.