Faut-il faire confiance à Akhannouch ?

En confiant à Aziz Akhannouch le soin de mener une nouvelle réflexion pour le développement du monde rural, Mohammed VI renouvelle sa confiance à son puissant ministre de l’Agriculture dans la tourmente. Mais lui et son Plan Maroc Vert passeront-ils l’épreuve de la reddition des comptes  ?

Par

MAP

Le poing droit fermé pour convaincre, la main gauche ouverte pour expliquer. Le 19 octobre au palais royal de Marrakech, le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch est confortablement assis dans son fauteuil à quelques centimètres du roi Mohammed VI, en tenue du vendredi. Sur le guéridon à gauche du souverain, un briquet. Peut-être allumera-t-il une cigarette. Le cadre s’y prête : un patio lumineux, une discussion entre deux hommes qui, il n’y a pas si longtemps encore, prenaient le ftour en famille. Loin des réceptions de hauts commis de l’État, le petit doigt sur la couture dans la salle du trône de Rabat, c’est bien une impression de proximité que renvoie l’image de la rencontre diffusée par la MAP. Mais à l’image se joint un communiqué du cabinet royal. “Le…

article suivant

Emmanuel Macron : "faire un plan contre l'islam serait une faute profonde"