Terres soulaliyate : une nouvelle loi et de nouvelles promesses 

Organisées par un dahir datant du début du protectorat, les terres soulaliyate ont désormais une nouvelle loi, dont les grandes lignes épousent les orientations du dernier discours royal. Eclairage.

Par

La nouvelle loi sur la gestion des terres collectives entend accorder aux femmes les mêmes droits que les hommes. Crédit: Tniouni

Emergence d’une classe moyenne rurale, emploi et jeunesse : voici les priorités définies, dans l’agriculture, par Mohammed VI lors de son dernier discours devant les parlementaires. Parmi les mesures les plus importantes, la mobilisation d’un million d’hectares de terres collectives, communément appelées “soulaliyate”, pour l’investissement dans le secteur. “Pour prendre la mesure de l’annonce, il faut préciser que depuis l’indépendance, nous n’avons pu mobiliser que 1,7 million sur les 9 millions d’hectares de terres cultivées”, commente un connaisseur du secteur. Le hic, c’est que dans l’état actuel des choses, ce coup d’accélérateur risque de buter sur certains obstacles : cadre juridique vieux d’un siècle, terres gérées selon des coutumes tribales, contraintes administratives…  Pour y remédier, le département de l’Intérieur a concocté un nouveau texte qui sommeille dans les tiroirs du Secrétariat général du gouvernement depuis février, soit neuf mois avant le dernier discours royal. Composée de douze articles, les grandes lignes de la…

article suivant

Le Maroc emprunte plus de deux milliards de dirhams du Fonds monétaire arabe