Driss Jaydane : "Nous traversons notre nécessaire phase de nihilisme"

Le Maroc traverse sa phase nihiliste. C’est la surprenante thèse que défend l’écrivain 
Driss Jaydane dans Un nihilisme marocain, un essai à paraître 
dans les prochains mois. 
Avant-goût.

Par et

Le Maroc traverse sa phase nihiliste. C’est la surprenante thèse que défend l’écrivain 
Driss Jaydane dans Un nihilisme marocain, un essai à paraître 
dans les prochains mois. 
Avant-goût.

  Vous travaillez sur un essai dans lequel vous réfléchissez sur un “moment nihiliste” que traverserait notre pays. Qu’est-ce qui vous permet de formuler une telle hypothèse ? Cette hypothèse, justement, en suppose une autre… Laquelle à vrai dire la surplombe et l’englobe. Celle qui veut que notre pays pourrait bien, depuis au moins deux décennies, achever complètement sa sortie de ce qu’il est convenu de nommer “société traditionnelle”. Pour faire court, tout, pour le sujet traditionnel, est déjà là. Autrement dit, lorsqu’il vient au monde, il est immédiatement pris en charge, qu’il le veuille ou non, par des règles, des lois, un discours, des manières de vivre, des constructions, qui donnent sens, en toutes circonstances. Dans une telle société, tout vous est donné, et l’on perpétue. Pour autant, une telle société n’interdit pas que l’on puisse changer des choses. Car par tradition, il faut entendre l’ensemble des pratiques largement éprouvées par…

article suivant

PLF rectificative : Benchaâboun et l’insoluble “équation à six inconnus”