Communes: La guerre d'octobre est déclarée

Depuis le début du mois d'octobre, à mi-mandat, des dizaines de présidents élus en 2015 ont été priés de renoncer à leur poste. Une décision qui a provoqué un tollé au sein des communes, certains protagonistes mécontents n'hésitant pas à en venir aux mains ou aux lancers de chaises.

Par

Au-delà de ces querelles de mi-mandat autour de la présidence des communes, chacun se positionne déjà pour les élections de 2021. Crédit: Yassine Toumi

C’est la guerre dans les communes à travers tout le royaume. Arrivés à mi-mandat après trois ans d’exercice suite aux élections du 4 septembre 2015, des dizaines de présidents de conseils communaux ont été priés de partir pour diverses raisons. Et dans la majorité des cas, cela ne se passe pas dans le calme. Au point que les autorités de tutelle (ministère de l’Intérieur) ont dû faire appel à la force publique pour stopper les dégâts, certains protagonistes n’hésitant pas à en venir aux mains ou aux lancers de chaises. Selon nos sources, au moins une centaine de communes sont concernées par cette guerre de la présidence. Un nombre assez conséquent quand on sait que le pays compte 1503 communes. Dans son ensemble, cette guerre n’obéit à aucune logique, tout comme…

article suivant

Comment les sociétés tolérantes se laissent porter par la haine