Washington "ne cherche pas" à entrer en guerre avec l'Iran

Washington "ne cherche pas" à entrer en guerre avec l'Iran

Les Etats-Unis «ne cherchent pas à entrer en guerre avec l'Iran», a assuré jeudi le général Joe Votel, qui supervise les forces américaines au Proche-Orient, au moment où certains responsables de l'administration Trump haussaient le ton contre Téhéran.

Par

Donald Trump, 45e président des États-Unis. Crédit: AFP

Les Etats-Unis «ne cherchent pas à entrer en guerre avec l’Iran», a assuré jeudi le général Joe Votel, qui supervise les forces américaines au Proche-Orient, au moment où certains responsables de l’administration Trump haussaient le ton contre Téhéran.

«Je ne crois pas que nous cherchions à entrer en guerre avec l’Iran et je ne crois pas que ce soit notre objectif», a déclaré au cours d’un point de presse le général Votel, qui dirige le commandement central des forces américaines (Centcom).

Il était interrogé sur la stratégie américaine vis-à-vis de l’Iran après un avertissement musclé à Téhéran du conseiller à la Sécurité nationale de la Maison-Blanche John Bolton. Faucon parmi les faucons américains, M. Bolton avait prévenu l’Iran que cela lui «coûterait cher« s’il menaçait les Etats-Unis ou leurs alliés.

«Nous vous avons à l’oeil et nous vous trouverons», avait ajouté M. Bolton en marge de l’assemblée générale de l’ONU.

Le général Votel a précisé jeudi n’avoir été chargé d’aucune «tâche militaire directe» vis-à-vis de l’Iran, mais il a prévenu que le Pentagone restait «prêt à répondre rapidement et massivement si la situation l’exige».

Questionné par ailleurs sur la livraison par Moscou de missiles S-300 au régime de Damas, il a estimé qu’elle représentait une «escalade superflue», destinée à couvrir les activités «néfastes» de l’Iran en Syrie. «Cela n’a rien à voir avec la lutte contre Daech», a-t-il ajouté. «Cela apparaît comme un effort pour couvrir les activités néfastes de l’Iran en Syrie».

La Russie a annoncé mardi avoir livré des batteries de défense antiaériennes S-300 à l’armée syrienne, une décision prise après qu’un avion russe a été abattu par erreur par les forces syriennes dans la foulée d’un raid aérien israélien.

Donald Trump a rétabli toutes les sanctions américaines levées dans le cadre de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, dont le président des Etats-Unis s’est retiré en mai. Il a aussi dénoncé le traité d’amitié de 1955 censé encourager les échanges commerciaux entre les deux pays, qui n’ont toutefois plus de relations diplomatiques depuis 1980.

article suivant

Nous, citoyennes et citoyens marocains, déclarons que nous sommes hors-la-loi

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.