Ali Hababa, capitaine des Espoirs de Safi, explique les raisons de son « hrig »

Ali Hababa, capitaine des Espoirs de Safi, explique les raisons de son « hrig »

Capitaine jusqu’à peu des Espoirs de l’Olympique de Safi, Ali Hababa, 20 ans, est arrivé en Espagne il y a quelques jours, après avoir fait le voyage à bord d’une patera clandestine. Dans une vidéo qu’il a publiée cette semaine, il explique les raisons de son « hrig ».

Par

DR

Ali Hababa n’est plus capitaine de l’équipe Espoirs de l’Olympique de Safi (OCS). A 20 ans, le footballeur qui a passé plusieurs années dans ce club dont l’équipe A évolue en première division du championnat marocain, a immigré clandestinement en Espagne. Une photo publiée le 26 septembre sur les réseaux sociaux montre le jeune homme à bord d’une patera.

Dans une vidéo récemment publiée sur les réseaux sociaux, le joueur explique les raisons qui l’ont poussé à quitter le Royaume. Affirmant qu’il se trouve à présent à Huelva, dans le sud-ouest de l’Espagne, le jeune homme dénonce le «mauvais traitement» que lui auraient réservé les dirigeants de son club.

«Certaines catégories ne font qu’exploiter les talents sans pour autant leur donner une réelle chance. Ils ne s’intéressent qu’à ceux qui sont appuyés (par des connaissances). Si tu n’a pas d’intermédiaire, tu n’arriveras jamais à percer », déplore-t-il dans la vidéo, filmée depuis ce qui semble être une chambre d’hôtel.

Le joueur a, en effet, passé plusieurs années dans le club. « Je suis passé par plusieurs catégories à l’OCS, des minimes jusqu’aux espoirs avec qui j’ai joué toute la saison passée en tant que capitaine », raconte-t-il. Pour cette saison, Ali Hababa affirme qu’il a été choisi avec deux autres joueurs pour être promu en équipe première. Il aurait passé un mois à s’entrainer, sans pour autant convaincre l’entraineur Kamal Chicha. Ce dernier lui aurait annoncé qu’il ne pourrait pas participer au stage de présaison, qui était prévu à Rabat.

Lorsqu’il a essayé d’avoir des explications auprès de la direction du club, celle-ci lui aurait promis la signature d’un contrat. Il se serait ensuite rendu compte que ce n’était qu’une «fausse promesse» et a décidé de quitter.

« J’ai laissé tomber mes études pour l’Olympique de Safi. Je rêvais d’honorer ma ville et de continuer dans le football, mais les dirigeants (du club) ont voulu enterrer mon talent et je ne leur pardonnerai pas », regrette le joueur dans un entretien avec Hespress. « Je viens d’une famille pauvre composée d’une mère et de trois frères sans emploi. Je voulais assumer mes responsabilités par le football, mais les responsables de Safi m’ont abandonné et ont oublié que je suis le fils de l’équipe et de la ville », a-t-il ajouté.

L’OCS n’a pour l’instant pas encore réagi officiellement au départ de son joueur. La Fédération royale marocaine de football (FRMF), non plus. Ils n’ont pas pu être joints par TelQuel.

article suivant

Le match de gala de la Marche verte ou le patriotisme bling-bling prêché dans le désert

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.