Olivier Van Beemen: "Selon les critères de l'ONU, Heineken est impliqué dans le génocide rwandais"

Dans Heineken en Afrique, une multinationale décomplexée, le journaliste d'investigation Olivier Van Beemen met en lumière comment la célèbre marque de bière néerlandaise prospère depuis des années en Afrique et en a fait son eldorado sur fond de corruption, de violations des droits de l'homme et de soutien aux gouvernements. Interview.

Par

Plus de cinq ans d’enquête, trois cents entretiens dans une dizaine de pays africains et des centaines de documents ont permis à Olivier Van Beemen de mettre le doigt sur les pratiques obscures de Heineken en Afrique. Dans son dernier ouvrage Heineken en Afrique, une multinationale décomplexée, publié fin août en français, le journaliste néerlandais raconte les mécanismes qui permettent à la multinationale de réaliser une marge financière de 50 % supérieure à la moyenne mondiale sur ce marché, tout en prétendant participer du développement économique du continent africain. Entretien. TelQuel : Pourquoi un second livre après la parution en 2015 de votre premier ouvrage Heineken in Afrika ?  Olivier van Beemen : La version française de Heineken en Afrique, une multinationale décomplexée a en effet été publiée en août, mais j’ai commencé à enquêter dans douze…

article suivant

Sécurité sanitaire alimentaire : le plaidoyer du CESE