Khadija, Redouane et les autres

Depuis Oulad Ayad, on recompose les différentes pièces du puzzle du dossier de l’adolescente Khadija, kidnappée et violée pendant deux mois par un groupe de jeunes de son village. Une affaire qui secoue l’opinion publique.

Par

Depuis le drame, Khadija se cache à l’abri des regards inquisiteurs dans une des trois modestes chambres de la cour où vivent ses parents. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

L’affaire de Khadija, une mineure qui affirme avoir été kidnappée, séquestrée, violée, tatouée et torturée par un groupe d’hommes durant deux mois à Ouled Ayad (province de Fqih Ben Salah) est sur toutes les lèvres. Chacun y va de son petit commentaire et autres révélations chocs. Sur le terrain des réseaux sociaux et dans la presse, cette histoire a pris une dimension nationale, voire internationale, donnant lieu, comme dans toute affaire similaire dans le plus beau pays du monde, à une terrible bataille de ressentiments, entre ceux qui érigent la jeune Khadija en Jeanne d’Arc victime de bourreaux sans scrupules. Et ceux, moins nombreux, qui voient en cette adolescente une dépravée. On passe donc d’un extrême à l’autre, mais le dossier de cette jeune fille de 17 ans, déscolarisée depuis cinq ans et vivant dans la misère, comme on a pu le constater sur place, est…

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)