Le Palais au PPS: « Il n’y a aucune volonté de nuire au parti »

Le Palais au PPS: « Il n’y a aucune volonté de nuire au parti »

L'épisode de la suppression du département de Charafat Afilal pourrait bien faire voler en éclat l'alliance PJD-PPS scellée il y a sept ans. Le Palais a-t-il joué un rôle, autre qu'en validant la proposition du PJD en conseil des ministres ? Premiers éléments de réponse.

Par

PPS / Facebook

C’est avec une barbe blanche immaculée que Nabil Benabdellah a fait sa rentrée politique. Son ancien allié, et compagnon de majorité, Abdelilah Benkirane a bien noté ce détail esthétique, lui qui porte désormais la barbe rasée de près. Comme à son habitude, l’ancien patron du PJD débute ses conversations avec des propos ordinaires, beaucoup de lieux communs, mais que les non-initiés auraient tort de prendre pour de la légèreté. Tout est à interpréter. « Elle te va très bien », dit-il au bout du fil, avant d’apprendre que le leader de gauche s’en est déjà délesté. Mais la déconvenue que Benkirane redoute vraiment n’est pas celle-là. « Il faut préserver ce que nous avons construit », plaide Benkirane auprès de son camarade. Le PPS ne veut plus du PJD, et l’ancien zaïm islamiste le sait.

à lire aussi

La suppression du secrétariat d’État chargé de l’eau et le remerciement de Charafat Afilal, comme l’a voulu et obtenu le ministre PJD Abdelkader Amara, ne passe pas auprès des militants du parti fondé par Ali Yata. Ce n’est pas ainsi que l’on traite un...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

A la Maison Blanche, Nasser Bourita rencontre à nouveau Jared Kushner

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.