A Al Hoceïma, Nizar Baraka veut "établir la vérité" sur les événements de 58/59

A Al Hoceïma, Nizar Baraka veut "établir la vérité" sur les événements de 58/59

Le secrétaire général du parti à la Balance n'a pas lésiné sur les mots lors d'un meeting avec les militants du parti à Al Hoceïma.

Par

Nizar Baraka. Crédit: R. Tniouni

Nizar Baraka est le premier chef de parti à poser bagages à Al Hoceïma, depuis la prononciation des verdicts du procès de Nasser Zafzafi et les 52 autres détenus du Hirak rifain jugés à Casablanca. Lors d’un meeting avec les militants du parti de l’Istiqlal, Baraka a déclaré que « la réparation collective dans le Rif n’a pas été achevée », ajoutant que les projets programmés à cet effet « ont failli, particulièrement dans leur aspect développemental ».

Il a également indiqué que son parti est disposé à « établir la vérité et à l’auto-critique » à propos des événements de 1958/59 en vue d’une « réconciliation » avec la population locale. « L’Istiqlal est prêt à présenter ses excuses au cas où la responsabilité de certains de ses membres dans les tragédies subies par les habitants du Rif est avérée », a-t-il affirmé.

Pour Nizar Baraka, il est « indispensable de travailler sur le côté symbolique et culturel en conservant et en valorisant la mémoire de la région et ses spécificités ». Il a également exprimé son souhait d’« aller de l’avant et ne pas rester otages du passé ».

article suivant

Après sa marche arrière, le Lesotho réaffirme sa neutralité sur le dossier du Sahara

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.