Qawwali: musique divine

Il n’y a pas que les attentats à la bombe qui rythment le “pays des Purs”. Au Pakistan, il y a aussi le qawwali, une expression musicale mystique et ancestrale, qu’incarne aujourd’hui Subhan Ahmed Nizami.

Par

Le musicien de 37 ans a formé l’ensemble Subhan Ahmed Nizami et Qawwals Bache de Karachi à l'âge de 17 ans. Crédit: MAP

Dans le plus ancien et le plus beau jardin public de la ville de Fès, Jnane Sbile, aménagé au XVIIIe siècle sur ordre du sultan Moulay Abdellah, le temps semble s’arrêter en cette brumeuse soirée du 25 juin. Et la musique aérienne et dévotionnelle du Pakistanais Subhan Ahmed Nizami, accompagné de ses frères et cousins, n’a pas manqué d’amplifier cette suspension du temps et de l’espace. C’est que la puissante voix d’Ustad Nizami, enveloppée du son des dholak et tablas (instruments de percussion), traîne une histoire de transmission vieille de plusieurs siècles. Invité de la 24e édition du Festival des Musiques sacrées, Subhan Ahmed Nazimi est le descendant “de ligne directe”, comme il nous l’explique lui-même, d’un des rares disciples du légendaire poète mystique indien Hazrat Amir Khusro, qui a esquissé au XIIIe siècle les contours du qawwali tel qu’on le connaît aujourd’hui. “Je sens…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés