Procréation médicalement assistée, le parcours du combattant des couples infertiles 

La PMA, tolérée au Maroc sans être réglementée, 
est actuellement débattue au parlement. A quoi ressemble le parcours médical et humain des 850.000 couples infertiles ? Pourrait-il être encore complexifié 
par le projet de loi 47-14, comme le craignent 
les praticiens ? Témoignages.

Par

Généralement, plusieurs tentatives sont nécessaires pour obtenir un résultat positif. Crédit: AFP / JOSEP LAGO

Je n’oublierai jamais le son métallique des instruments médicaux, les odeurs d’hôpital, les piqûres, les femmes en pleurs”. Faire un enfant par procréation médicalement assistée (PMA) est toujours “froid, impersonnel et douloureux”, selon les deux femmes qui ont accepté de nous livrer le témoignage de leur chemin de croix vers la grossesse. Derrière ces femmes, qui sont les plus concernées par le processus médical, des maris (plus réticents à témoigner) et des couples chamboulés. Selon l’enquête menée en 2015 par la Société marocaine de médecine de reproduction du Professeur Sefrioui, 40% des couples infertiles atteignent le stade du divorce. Et parmi ces 850.000 couples, soit 11,8% de la population atteinte d’infertilité, nombreux sont ceux qui ne peuvent prétendre à la PMA et attendent plusieurs années pour rassembler les fonds nécessaires ou contractent des crédits. Car une fécondation in vitro coûte…

article suivant

Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise