Fin de partie

Fin de partie

Par Fatym Layachi

Le parcours en Coupe du Monde s’est achevé pour le Maroc. Ce n’est pas très grave. C’était tellement beau. C’était émouvant. Les Lions sont rentrés à la maison mais la tête tellement haute. Les rues, les terrasses de cafés, les toits d’immeubles, les statuts Facebook et les bars se sont enflammés. Tout le pays a été tellement fier. Tu as trouvé ça magnifique, cet engouement. Et puis l’arbitre a sifflé la fin de la récré. Le retour à la triste réalité a été violent. Les juges ont rendu leur verdict dans le procès du Hirak. La sentence est tombée. En tout, c’est trois-cent-huit ans de prison qui ont été prononcés. Les peines sont terribles, les chefs d’accusation surréalistes.

“Pourras-tu élever des enfants dans ce pays qui n’inquiète pas les tricheurs, minimise le viol, blanchit les tortionnaires et condamne ceux qui ont la folie d’espérer”

Fatym Layachi

Rien ne peut justifier que des gamins se voient condamnés à passer ne serait-ce qu’un mois derrière les barreaux pour n’avoir rien fait d’autre qu’oser rêver d’un monde meilleur. Parce qu’au final, il ne s’agit...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Entre "non-événement" à Medi1 et "lourdes peines" pour 2M, le procès du Hirak à la télé

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.