La VAR a-t-elle été injuste envers le Maroc?

La VAR a-t-elle été injuste envers le Maroc?

Utilisée à quatre reprises pendant les matchs de lundi soir, la VAR est au cœur des débats. Si le Maroc n’a pas caché son mécontentement après la fin de son match contre l’Espagne, il n’est pas le seul à avoir décrié l'arbitrage vidéo.

Par

Capture d'écran de Nordin Amrabat, à la fin du match Maroc-Espagne. Crédit: Capture d'écran

VAR is bullshit ». Après le coup de sifflet final du match Maroc-Espagne (2-2), Nordin Amrabat n’a pas pu dissimuler son mécontentent vis-à-vis de l’arbitrage. Devant les caméras, l’international marocain a mimé un rectangle pour faire référence à l’arbitrage vidéo, de plus en plus décrié dans ce Mondial. Les images de l’ailier marocain ont depuis fait le tour du monde. Un hashtag #VARisBullshit a même été créé dans la soirée. « Il n’a pas tort Amrabat« , a réagi Fabien Lévêque, journaliste et chroniqueur télé à France Télévisions.

Un corner polémique 

Lundi soir, le Maroc, qui était déjà éliminé du Mondial après ses deux défaites contre l’Iran (1-0) et le Portugal (1-0), menait en effet 2-1 jusqu’à la 90e minute. Le but de Iago Aspas, d’abord considéré hors-jeu, a été finalement validé par la VAR. Une décision juste, comme le montrent les images. Néanmoins, le corner qui a donné lieu au but, concédé à gauche mais joué à droite, n’a pas été joué comme il se doit.

« La seule question que je voudrais poser et tous les joueurs se la posent… Sur le deuxième but égalisateur, le ballon est sorti d’un côté, donc on attend le corner d’un côté, il est joué de l’autre, est-ce que c’est autorisé ? Sincèrement, je ne peux pas vous dire si c’est autorisé ou pas« , a fustigé Hervé Renard en conférence de presse d’après le match. « Si cela ne l’est pas, c’est une erreur énorme d’arbitrage« , a-t-il estimé, affirmant avoir été frappé à « la porte des arbitres » à la fin de la rencontre mais que celle-ci est « restée fermée« .

En effet, selon le règlement de jeu de la FIFA, « le ballon doit être positionné dans la surface de coin la plus proche de l’endroit où le ballon a franchi la ligne de but ».

« L’arbitre a pris de mauvaises décisions. Il nous a nuis. Quand Piqué touche le ballon de la main, il n’y a pas de VAR. C’est évident ce qu’il s’est passé« , a de son côté regretté Mbark Boussoufa, cité par le quotidien espagnol Marca. « Le VAR, c’est pour les autres« , a lancé Younès Belhanda, « C’est pour les grandes équipes, c’est frustrant« , a ajouté Nabil Dirar, cité par la même source.

Le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lakjaâ, a également eu du mal à contenir sa colère à la fin du match. Comme le montrent ces images, publiées par AlYaoum24, il s’est dirigé vers le corps arbitral à la fin de la rencontre pour protester.

L’autre match de la soirée, Iran-Portugal, a été également marqué par le recours à la VAR à trois reprises. L’arbitre du match Enrique Caceres a fait appel à l’assistance vidéo une première fois après une faute d’Ezatolahi sur Ronaldo, à l’entrée de la surface de réparation. Un penalty sera accordé à la Seleçao, manqué finalement par Cristiano Ronaldo. Les deux autres interventions de la VAR se sont faites sur un coup de coude de la star portugaise sur le défenseur Iranien Pouraliganji (80e), puis sur un ballon touché de main par Cedric, qui aboutira sur un penalty transformé par les Iraniens.

Le sélectionneur de l’Iran, de nationalité portugaise, n’a pas manqué non plus de faire entendre sa position sur le sujet. « La réalité c’est ça : vous stoppez le jeu pour le VAR (l’assistant vidéo). Il y a un coup de coude. Un coup de coude, c’est carton rouge dans les règles. Dans les règles, il n’est pas précisé si c’est (Lionel) Messi ou Ronaldo…« , s’est emporté Carlos Queiroz en conférence de presse. Et de conclure: « Je ne veux pas trop parler, il s’agit de sur mon pays et d’un joueur. Je sais qu’il y aura une guerre contre moi« .

article suivant

Demande de liberté provisoire suspendue jusqu’au 19, audience reportée au 23 septembre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.