Emmanuel Faber : « Il n'est pas envisageable que Danone quitte le Maroc »

Emmanuel Faber : « Il n'est pas envisageable que Danone quitte le Maroc »

Le PDG de Danone a annoncé le 26 juin à Casablanca que le groupe français n’envisageait pas de quitter le Maroc malgré le boycott qui vise sa filiale marocaine depuis le 20 avril. Pour « regagner la confiance des Marocains », Emmanuel Faber annonce qu’en cas de reprises des ventes, Centrale ne fera plus de profit sur les ventes de lait frais pasteurisé.

Par

Emmanuel Faber, PDG du Groupe Danone Crédit: AFP

En réaction au boycott, dont sa filiale marocaine Centrale Danone est la cible depuis le 20 avril, Emmanuel Faber, PDG du Groupe Danone, a donné une conférence de presse le 26 juin à Casablanca. Au cours de cet exercice, il a affirmé : « Il n’est pas envisageable que Danone quitte le Maroc. J’entends bien que Danone continue à être présente dans les familles marocaines, quitte à ce que l’on fasse de manière différente. »

Pour se faire, il s’engage sur trois mesures principales. Si les ventes reprennent, Centrale Danone s’engage à ne pas réaliser de profit sur la vente de lait frais pasteurisé. « Si nous arrivons à trouver un modèle viable, je m’engage à ce que Danone travaille à prix coûtant sur la marque Centrale en lait frais pasteurisé », a déclaré Emmanuel Faber. Interrogé par la presse, il précise : « Si les volumes sont au rendez-vous, parce qu’aujourd’hui il n’ y a pas de solution, on pourra trouver un modèle. On ne fera pas de bénéfice sur cette marque-là en lait pasteurisé frais, mais ça implique qu’il y ait suffisamment de Marocains qui soient intéressés par rejoindre la nouvelle aventure de la marque ». Et d’ajouter : « Ne vous attendez pas une hausse des prix sur les autres produits, ce n’est pas ce qui est prévu. »

Le deuxième engagement pris en réaction au boycott porte sur la transparence tant au niveau de la qualité que des prix. « Nous renforcerons la transparence sur notre manière d’informer sur tout ce que Danone fait au Maroc. Danone ne trahira pas votre confiance sur la qualité. Le lait Centrale restera ce qu’il a toujours été : naturel, issu d’élevages marocains, sans antibiotique, sans conservateurs. Cette transparence sur la qualité, je veux que nous ayons la même sur les coûts », insiste le PDG du groupe du CAC40.

ندوة شركة "سنترال دانون" للتواصل مع "المقاطعين" بحضور الرئيس المدير العام للمجموعة الاقتصادية

Posted by ‎TelQuel – عربي‎ on Tuesday, June 26, 2018

Partager la gouvernance de la marque avec les consommateurs

Enfin, Emmanuel Fabert, diplômé de HEC, auteur de l’ouvrage Chemins de traverse ; vivre l’économie autrement, propose une « innovation » sur la gouvernance de la marque. Il s’agit pour lui d’ « inventer un nouveau modèle de gestion de cette marque, de façon à ce que nous appelions, nous, un prix équitable le soit aussi pour le consommateur ».

En citant l’exemple du label français « C’est qui le patron » étiqueté sur des filières où les prix sont fixés par les consommateurs, il déclare : « J’ai l’impression que les Marocains peuvent nous aider à imposer ce modèle, pour créer les nouvelles marques dans le monde de demain. » Aussi, il « invite toutes celles et ceux qui le souhaitent à rentrer en relation avec Danone dans les semaines qui viennent pour établir le nouveau modèle » et « espère revenir dès que possible pour titrer les conclusions de cet exercice. »

Interrogé par la presse, il précise : « Vous êtes à la fois consommateurs et activistes, et il faut le reconnaître. Ce que l’on va faire au Maroc, c’est un laboratoire, j’en suis conscient. Puisqu’il s’agit bien de mettre en place le partage de la gouvernance d’une marque avec nos consommateurs, car c’est comme ça que devront fonctionner les marques dans le monde de demain. »

Des rencontres avec les éleveurs et les boycotteurs

Arrivé plus tôt dans la journée à Casablanca, Emmanuel Faber a rencontré des mères de famille, des jeunes, des influenceurs du Web, des éleveurs ainsi que des syndicats. Lors de sa conférence de presse, il a réaffirmé, comme il l’avait fait dans une vidéo publiée dans la matinée, qu’il respectait et regrettait « le choix de celles et ceux qui décident des marques auxquelles ils veulent faire confiance ou pas. »

« Après une journée riche en dialogues, il me paraît clair que la société marocaine est traversée, comme ailleurs, par la question de l’accessibilité en prix et de la confiance que l’on peut faire marque. Au Maroc c’est une réalité, mais le Maroc n’est pas une exception. Et pour une marque et des produits qui sont à ce point enracinés dans la vie des familles marocaines, ces demandes sont légitimes », explique-t-il.

Interrogé, Emmanuel Faber s’est refusé à tout commentaire sur les réactions politiques du gouvernement marocain autour de la campagne de boycott.

أجوبة رئيس مدير عام شركة "سنترال دانون" على أسئلة الصحافيين حول "المقاطعة" وما هي اجراءات الشركة لاقناع المغاربة بوقفها!

Posted by ‎TelQuel – عربي‎ on Tuesday, June 26, 2018

article suivant

Les raisons derrière le choix des membres de la commission pour le modèle de développement

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.