Reda El Ouadi: “En poursuivant mon employeur, je suis un kamikaze”

Reda El Ouadi: “En poursuivant mon employeur, je suis un kamikaze”

Reda El Ouadi Crédit: TOUMI/TELQUEL

Smyet bak ?

Yahia.

Smyet mok ?

Aïcha.

Nimirou d’la carte ?

BE492910.

Vous faites trembler tout le secteur bancaire en dénonçant le scandale des primes d’ancienneté, et les feuilles de paie de vos anciens collègues du Crédit du Maroc ont déjà augmenté grâce à vous. Vous êtes un héros anonyme ?

Non, pas un héros. Je voulais que justice soit faite et que les gens qui ont été lésés pendant plusieurs années bénéficient de leurs droits. Je n’attends rien en retour.

Vous n’attendez rien, mais vous avez déjà touché de l’argent ?

J’ai touché environ 1 million de dirhams dans le cadre de mon procès, qui me permettent de vivre aujourd’hui. Mais je n’ai rien perçu sur la régularisation des autres salariés, je n’ai pas de part ni de pourcentage. Ma satisfaction, c’est que les gens ont été régularisés et qu’ils prient pour moi. Même si ce n’est pas encore une régularisation complète, c’est un début et cela me pousse à aller encore plus loin dans le combat.

Les salariés prient pour vous ?

Oui, j’ai un enfant qui souffre...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Une chaire Fatima Mernissi lancée dans une université mexicaine

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.