Le droit de savoir

Le droit de savoir

Par Fatym Layachi

La Coupe du Monde est bel et bien lancée. La frénésie s’est emparée de tout le monde autour de toi. Tous tes amis virtuels sont devenus sélectionneurs, entraîneurs, pronostiqueurs ou analystes. Chacun donne son avis. Tout le monde est convaincu d’avoir bien mieux compris que tous les autres. De l’optimiste le plus aveugle au cynique le plus cinglant en passant par les fervents défenseurs du panarabisme, tu as pu voir toute une galerie de figures de supporters défiler sur ton fil d’actualité Facebook. Et dans la vraie vie c’est presque pareil finalement. Tes collègues ne parlent que des matchs de la veille, les cafés sont pleins, les bars démarrent les happy hours encore plus tôt, les liens pour regarder les matchs en streaming s’échangent dans les open spaces et sur WhatsApp et ta tante a presque compris en quoi consiste un coup franc.

“Les résultats ne peuvent pas être à la hauteur de l’espoir, et ce n’est pas grave”

Fatym Layachi

Et dans le plus beau pays du monde, il y a eu cet espoir magnifique, cette ferveur rare. Une...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Viva Zmagria!

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.