Daoudi lâché par El Othmani et consorts après s'être affiché avec les salariés de Danone

Daoudi lâché par El Othmani et consorts après s'être affiché avec les salariés de Danone

En prenant part au sit-in des salariés de Centrale Danone devant le parlement le 5 juin, le ministre des Affaires générales et de la Gouvernance Lahcen Daoudi a essuyé les moqueries des réseaux sociaux, mais surtout les critiques des principaux cadors du PJD, dont le chef du gouvernement.

Par

Lahcen Daoudi, ministre des Affaires générales, au côtés des salariés de Danone lors d'un sit-in le 5 juin devant le Parlement. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

La vidéo du ministre des Affaires générales, debout aux côtés des salariés de Centrale Danone lors d’une manifestation devant le parlement le 5 juin est devenue virale. Elle a suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, mais surtout au sein de son parti, le PJD, et du gouvernement.

à lire aussi

Un état-major « mécontent »

Du côté du gouvernement et de son chef, une source proche de la primature nous confie que Saad Eddine El Othmani a été « surpris de voir son ministre rejoindre les manifestants en se rendant au parlement pour participer aux travaux d’une commission parlementaire« .

On reproche au ministre des Affaires générales une initiative prise « sans demander l’avis de quiconque ». Le chef du gouvernement a « immédiatement appelé le ministre après avoir été mis au courant » selon notre interlocuteur qui précise qu’El Othmani a « informé Lahcen Daoudi de son mécontentement« .

Vice-secrétaire général du PJD, Souleimane El Amrani déclare pour sa part « n’avoir jamais été convaincu qu’un parlementaire ou un ministre puisse manifester dans le cadre d’un sit-in, vu les mécanismes dont ils disposent pour s’acquitter de leur mission en défendant le peuple« .

Pour le numéro deux du parti à la lampe, ce procédé « reste admissible, seulement quand il s’agit de défendre les causes de la Oumma ou de la patrie« . Il ajoute que « quoi qu’il en soit, chacun reste responsable de ses actes« .

Des élus virulents

Le président du groupe parlementaire PJD à la Chambre des conseillers, Nabil Chikhi a estimé quant à lui que « la sortie du ministre pour manifester avec le personnel d’une entreprise, défendant leur statut social, en totale opposition avec ce que pense une large frange de la société qui la boycotte, constitue le sommet de l’absurde et de l’imprudence et nécessite une réelle mise au point« .

Ayant déjà exprimé plusieurs positions hostiles au gouvernement d’El Othmani, la députée PJD Amina Mae El Ainine n’a pas manqué cette occasion pour fustiger « une tentative d’assassinat symbolique du PJD, toujours en cours, et qu’il convient de stopper net« .

L’élue d’Ain Chock évoque « des méthodes qui ne sont pas dignes des grands sacrifices cumulés par les militants libres du parti« . Pour enfoncer le clou, La Pasionaria islamiste estime que « le crédit dont bénéficie le PJD ne peut être confisqué par aucun de ses membres, quelle que soit sa position, pour le détériorer à sa guise, loin des choix politiques du parti« .

article suivant

Le match de gala de la Marche verte ou le patriotisme bling-bling prêché dans le désert

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.