Un comité de "La vérité" pour défendre le journaliste

Un comité pour la "la vérité" sur l’affaire Bouachrine vient d’être constitué. Ses membres demandent à ce que le journaliste puisse être poursuivi en état de liberté.

Par

Le journaliste et patron du quotidien indépendant Akhbar Al Yaoum, Taoufik Bouachrine. Crédit: R. Tniouni/ Telquel

Un nouveau comité baptisé « La vérité » a été constitué pour défendre Taoufik Bouachrine. Sa création a été annoncée lors d’une réunion samedi soir, en présence de son frère Rachid Bouachrine (cadre d’un grand établissement public) et de plusieurs acteurs associatifs et militants des droits de l’Homme, rapporte TelQuel Arabi.

Ahmed El Hayej, président de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), Khadija Ryadi, ancienne présidente de l’AMDH, l’historien Maâti Monjib et le député et membre du secrétariat général du Parti de la justice et du développement (PJD), Abdelali Hamieddine, étaient présents, entre autres personnalités.

Selon ses fondateurs, l’objectif de ce comité « n’est pas d’innocenter Bouachrine de ce qui lui est reproché« , mais de « mettre en lumière les violations qui ont entaché son procès« .

à lire aussi

Pour les participants à la réunion, Taoufik Bouachrine devrait être poursuivi en état de liberté. Son arrestation est « arbitraire » et « contraire à la loi » parce qu’elle s’est faite en l’absence de flagrant délit, ont-ils ajouté, indiquant qu’un communiqué détaillant les mesures qui seront prises par le comité sera publié dans les prochains jours.

Le directeur de publication du quotidien arabophone Akhabar Al Yaoum avait été arrêté le 23 février dernier.

Poursuivi en détention, il est accusé de « traite d’êtres humains« , « abus de pouvoir à des fins sexuelles« , « viol et tentative de viol« . Une cinquantaine de vidéos « confirmant les charges retenues contre lui » ont été saisies dans son bureau, selon le procureur général du roi. La défense de Bouachrine en conteste l’authenticité.

article suivant

Informer et mourir