Centrale Danone réduit de 30% ses achats de lait auprès des éleveurs

A partir de ce mardi 29 mai, Centrale Danone réduit de 30% sa collecte de lait auprès des éleveurs. La société, dont les produits laitiers sont sujets à une campagne de boycott, a d'ores et déjà dû jeter de "grandes quantités de lait brut".

Par

CC

Centrale Danone annonce une réduction de 30% de ses achats de lait auprès des éleveurs. La société, dont les produits laitiers sont sujets à une campagne de boycott depuis le 20 avril, a informé les coopératives de son réseau de collecte par une lettre dont TelQuel Arabi a reçu une copie. Cette décision prend effet à compter de ce 29 mai.

« Chers partenaires, depuis le 20 avril, Centrale Danone fait l’objet d’une campagne de boycott, ce qui a influé sur ses ventes tous produits confondus. Cet appel au boycott a eu des répercussions sur la transformation du lait collecté auprès de nos partenaires éleveurs », lit-on dans la lettre de Centrale Danone.

« En tant qu’opérateur économique responsable, et depuis le début de la campagne de boycott, la compagnie a veillé à collecter les mêmes quantités de lait et à payer ses partenaires dans les mêmes délais », poursuit le document de la société qui se dit muée par la volonté d’épargner à ses partenaires les répercussions du boycott.

« Malgré toutes ces tentatives, et compte tenu de la baisse moyenne des ventes, nous regrettons la décision de réduire de 30 % la production nationale de lait à partir du mardi 29 mai 2018« , ajoute la lettre.

« A l’avenir, la collecte de lait auprès des éleveurs va être faite selon l’évolution des ventes dans les jours à venir », explique néanmoins Centrale Danone.

Selon une source gouvernementale consultée par TelQuel Arabi, la collecte de lait auprès des éleveurs aura en fait lieu deux fois par semaine, et non plus trois fois.

Centrale Danone affirme que les excédents de lait collectés jusqu’à présent ont été utilisés pour produire du beurre, du lait pasteurisé et du lait en poudre. Selon la même lettre, Centrale Danone a également dû se débarrasser d’une « grande quantité de lait brut », comme solution de « dernier recours ».

article suivant

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 10 août