Bruno Gaccio: “Les médias sont soumis à la pression de l’argent et du pouvoir”

L'humoriste et ex-auteur des Guignols de l'info, Bruno Gaccio. Crédit: AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK

Smyet bak ?

Carlo.

Smyet mok ?

Jeanne.

Nimirou d’la carte ?

Je ne connais pas mon numéro de passeport et je vous déclare que je suis prêt à être torturé s’il le faut !

Vous prenez les choses trop à cœur, Monsieur Gaccio, on va y aller mollo… Début mai, vous avez animé une conférence sur l’humour à l’ère de la mondialisation en marge de Oriental Legends Pro Am, un tournoi de golf amateur. Le golf, l’humour et la mondialisation à Saïdia, c’est un sacré mélange des genres, non ?

Je trouve ce mélange intéressant… Je connais Abdellatif Benazzi (rugbyman et fondateur de l’association Noor, organisatrice du tournoi, ndlr) qui m’a invité à prendre part à l’événement. Et à l’initiative de l’Institut français d’Oujda, une conférence a été programmée et j’ai accepté d’y intervenir. C’est aussi simple que ça !

Jusqu’en 2007, vous avez été l’un des auteurs phares des Guignols de l’info. Ce n’est pas pour vous jeter des fleurs, mais vous ne trouvez pas que, depuis votre départ, l’émission satirique est devenue l’ombre d’elle-même ?

Depuis que j’ai quitté mon poste, je n’ai plus…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer