La deuxième causerie ramadanesque loue le rôle du Maroc en Afrique

La deuxième causerie ramadanesque loue le rôle du Maroc en Afrique

Après un report d'une journée, la deuxième causerie religieuse du mois de ramadan s'est tenue le 22 mai, au Palais royal de Rabat.

Par

Le roi saluant l'intervenant du jour, Pr Rohan Ambay, après sa leçon sur "Les constantes religieuses partagées, un facteur d’unité entre le Maroc et les pays africains". Crédit: MAP

Animée par Ronan Ambay, professeur à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar et président de l’antenne sénégalaise de la Fondation Mohammed VI des oulémas africains, la causerie ramadanesque du mardi 22 mai était axée sur les « liens populaires » qui unissent le Maroc au reste du continent.

En présence du roi Mohammed VI, devant les princes Moulay Hassan, Moulay Rachid et Moulay Ismaïl, mais aussi de prestigieux invités comme les grands muftis d’Égypte, de Tunisie et de Palestine, ainsi que les présidents de la Fondation Mohammed VI des oulémas de Gambie, du Niger, d’Angola, du Rwanda, de Guinée-Conakry, du Ghana et de Sao Tomé-et-Principe, l’orateur a évoqué « des liens populaires qui ne sauraient être entamés par des mutations conjoncturelles ou par des choix personnels dictés par des calculs politiques ».

Estimant que « le développement des relations avec les pays africains doit être accompagné par un mouvement de sensibilisation et de conscientisation au profit et des Marocains et de leurs frères de ces pays africains », le professeur Ambay a exposé les quatre constantes qui font, selon lui, le ciment des relations entre le Royaume et l’Afrique : la commanderie des croyants, le rite malékite, la doctrine achaârite et le soufisme.

Accueil d’étudiants, lutte contre l’extrémisme et confréries soufies

Concernant « Amir al Mouminine », l’universitaire a expliqué que Moulay Idriss est le premier à avoir obtenu ce titre. Se remémorant les visites des leaders africains auprès de Mohammed V en exil, il a souligné que cette institution encourage un islam modéré, conférant au Maroc « une stature lui permettant d’accueillir des étudiants subsahariens, en plus des demandes formulées par des pays européens » pour des stages à l’Institut Mohammed VI de formation des imams et des morchidines et morchidates.
Le rite malékite, très répandu dans les pays au sud du Sahara, constitue quant à lui une « unité de croyance », « une communion de la Oumma dans la partie occidentale du monde islamique ». Prônant le « juste milieu, la modération, le progrès, le renouvellement, la flexibilité et le pragmatisme », ce rite permet de « protéger les personnes et les prémunir contre la zizanie et la discorde », d’après l’intervenant.
Ronan Ambay a ensuite vanté les vertus de « pondération » et de « juste milieu » véhiculées par la doctrine achaârite. Adoptée par les imams Mâlik ibn Anas, Abou Hanîfa An-Nou’mân, Ash-Shâfi’î ou encore Ahmad Ibn Hanbal, celle-ci prescrit que « toute personne qui prononce la Chahada est un croyant et ne peut, en aucun cas, être traitée de renégat« . Au passage, le conférencier a rappelé que les premières victimes de la violence extrémiste sont les musulmans.

Quant au soufisme, « fondement de la vie sociétale au Maroc« , l’universitaire sénégalais a insisté sur l’influence de ce courant marocain dans la diffusion de l’islam sur le continent noir. « L’histoire de l’Afrique subsaharienne en dit long sur cette question, particulièrement le rôle de confréries soufies comme les Tijaniyines, Fadiliyines et Maâniniyines à l’ouest de l’Afrique subsaharienne et celui de l’école ahmadie idrisside et ses branches au Soudan oriental (…) ainsi que celui de la Fondation Mohammed VI des oulémas », a-t-il conclu.

article suivant

Six pépites de mauvaise gouvernance glanées dans le dernier rapport de la Cour des Comptes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.