Critique: Lettres à Nour, être ou ne pas lettres

En tournée au Maroc du 2 au 8 mai, Rachid Benzine a connu un franc succès avec sa pièce “Lettres à Nour”, où il donne à voir les échanges épistolaires entre un père brillant universitaire et partisan d’un islam des Lumières, et sa fille partie rejoindre l’homme qu’elle aime, combattant de Daech en Irak. Une représentation plaisante qui met en valeur le texte, au détriment du jeu d’acteurs.

Par

Une grande table symbolisant l'éloignement des protagonistes, avec à ses extrémités le père et sa fille, lisant l'un et l'autre les lettres qu'ils s'envoient:  la mise en scène de la pièce est dépouillée et d'une extrême simplicité. Crédit: DR

Falloujah, le 13 février 2014. Mon cher Papa, je sais que cette lettre va te faire du mal. Pourtant, je veux te dire combien je t’aime. Papa, je t’ai demandé l’autorisation de passer quelques jours chez tante Safia. Je n’y suis pas allée. Pardonne-moi, je t’ai menti. Avant-hier soir, je suis arrivée en Irak pour rejoindre mon mari. Nous nous sommes connus sur Internet. Il est formidable. Je suis sûre que tu l’aimerais. C’est un responsable régional de l’État Islamique, tu sais, cette armée de volontaires qui s’est constituée pour défendre l’islam et les pauvres […]”. Dès les premières secondes de la pièce Lettres à Nour, le spectateur est happé par un début in medias res et…

article suivant

Polémique sur les vols spéciaux, un Paris-Fès en classe éco à plus de 10.000 dirhams