Mostafa Mouhri, prêcheur-boycotteur ?

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a suspendu, le 2 mai, Mostafa Mouhri, imam à Salé, pour avoir tenu un prêche sur la cherté de la vie. Un sujet jugé “inapproprié” en pleine campagne de boycott.

Par

Mostapha Mouhri est sans doute un exemple pour prévenir les autres imams. Ceux qui seraient tentés d'évoquer d'une manière ou d'une autre la campagne de boycott seront remerciés. Crédit: TNIOUNI

A sa troisième semaine, la campagne de boycott visant Sidi Ali, Centrale Danone et Afriquia bat toujours son plein. Le débat fait rage sur les réseaux sociaux, et est vif dans la vie quotidienne comme au parlement. Mais pas question qu’il s’invite dans les mosquées. C’est le message envoyé aux imams par le ministère des Habous et des Affaires islamiques qui a suspendu l’imam Mostafa Mouhri pour avoir “semé la zizanie” en parlant de hausse des prix lors d’un prêche du vendredi, le 27 avril à la mosquée Ibrahim El Khalil de Salé.

Le boycott, non halal

Pour sa défense, l’imam Mostafa Mouhri nous affirme que son prêche n’était pas différent de ce qu’il répète presque tous les vendredis depuis près de vingt-cinq ans, à l’approche du ramadan. A quelques jours du mois sacré, il a pris l’habitude de réserver son laïus,…

article suivant

3 juillet, 18h : 319 nouveaux cas en 24 heures, 13.288 au total