Les joies de l’open space

Dans ce recueil de chroniques, le journaliste Nicolas Santolaria épingle 
les travers du monde du travail contemporain. Hilarant.

Par

Il y avait la machine à café, le silence de l’open space, les moments bizarres dans l’ascenseur et l’addiction au PowerPoint. Il y a désormais le rituel des crocodiles Haribo dispensés par le Chief Happiness Officer, le baby foot et, surtout, la chouquette. Le monde du travail qu’ausculte avec un humour incisif Nicolas Santolaria se glace de dehors sucrés, ludiques et infantilisants pour mieux dissimuler ce qu’il a de glaçant. Le journaliste, qui multiplie les ouvrages sur les visages de la dépersonnalisation et de la dépossession de soi par les machines et autres robots, se livre depuis plusieurs années à l’exercice de l’inventaire, dans ses chroniques hebdomadaires du Monde, des “mythologies de bureau”. Ce recueil, en clin d’œil et en hommage à Roland Barthes, propose un tour d’horizon de ces faits familiers et singuliers qui font le quotidien, souvent insupportable, au travail.

Univers aseptisé

Mais Nicolas Santolaria a pris le parti d’en rire….

article suivant

Guedra Guedra : “Décoloniser les pistes de danse en proposant une musique contemporaine loin du kitsch, de la nostalgie, de l’exotisme”