Les indiscrets de la semaine

Quand CFC et la BVC s’évitent

Saïd Ibrahimi, patron de CFCCrédit: Tniouni/Telquel

Finance. Tout le monde s’accorde à dire que les deux rounds du Moroccan capital finance day, organisés à l’initiative des ambassades du royaume à Londres et à Washington, ont connu un franc succès. Seul hic : la mésentente apparente entre les staffs de la Bourse de Casablanca et ceux de Casa Finance City. Alors qu’ils étaient censés coordonner leurs actions pour avoir le maximum d’impact, les deux institutions en charge de la place financière casablancaise ont choisi chacune de faire cavalier seul. A Londres par exemple, les deux instit’ ont organisé leurs évènements dans deux endroits différents, réduisant l’impact que pouvait avoir l’opération de charme marocaine. Idem aux Etats-Unis, où CFC a carrément boudé le round new-yorkais du 18 avril consacré à la finance marocaine, lui préférant un autre évènement à Washington axé “commerce”. Bref, une autre occasion ratée pour vendre la destination Casablanca aux cols blancs de…
article suivant

Statut des enseignants contractuels : les syndicats et le ministère se renvoient la balle