Harcèlement : Quand le Web libère la parole féminine

Applications, résidences, séries de capsules vidéo… les Marocaines s'emparent du Web et des nouveaux médias pour libérer la parole féminine. Des outils qui permettent aux femmes de dénoncer les violences qu'elles subissent au quotidien et de créer un effet boule de neige.

Par

Ce dessin de Zainab Fasiki suite à l'agression filmée d'une jeune fille dans un bus a fait le tour de la Toile.

Une fille marche tranquillement dans la rue. Un homme assis au café se lève et l’interpelle sans gêne, le regard lubrique. “Psst, a zine, manchoufoukch ?”, “Hbiba zerbana ?”. Cette scène du quotidien, jouée par les comédiens du collectif Zankabla violence (la rue sans violence), les spectateurs du Centre des étoiles de Sidi Moumen de Casablanca l’observent mi-gênés, mi-curieux. Dans la deuxième partie de la pièce, les comédiens les invitent à dire ce qu’ils pensent de cette situation et à monter sur les planches pour participer au spectacle.

Sur scène, les filles se lâchent. Certaines semblent même oublier qu’il s’agit d’un jeu et crachent une haine trop longtemps retenue au visage du comédien. “Les hommes n’ont pas le droit d’agir comme ça avec nous. On doit le dénoncer”, lance fièrement l’une d’entre elles. Dans un contexte mondial…

article suivant

Mines : le groupe indien Samta annonce des investissements de plus de 100 millions de dollars au Maroc