Affaire Bouachrine: Une journaliste agressée par un avocat, la presse boycotte le procès

Une journaliste de Chouf TV a été agressée par un avocat alors qu'elle couvrait l'affaire Bouachrine à Casablanca. Les journalistes habitués à couvrir l'affaire ont décidé de boycotter le procès.

Par

DR

Alors qu’elle couvrait le procès de Taoufik Bouachrine, directeur de publication d’Akhbar Al Yaoum, Fatima Zohra Rajmi une journaliste de Chouf TV a été violemment agressée ce mercredi 18 avril devant la salle 7 de la Cour d’appel de Casablanca. L’assaillant est un avocat du barreau de Casablanca, dont l’identité n’est toujours pas connue.

Selon des témoins oculaires, « Fatima Zohra Rajmi filmait une altercation verbale entre un journaliste et l’avocat qui l’a ensuite frappée au nez« . Cet avocat ne représente ni la partie civile ni la défense dans le procès de Taoufik Bouachrine.

L’incident a déclenché une vague d’émoi parmi les journalistes habitués à couvrir l’affaire, qui ont rédigé un communiqué pour exprimer leur soutien à leur consœur. Les signataires – ils sont une vingtaine – ont annoncé le boycott du procès « jusqu’à ce que l’Ordre auquel appartient l’avocat formule des excuses formelles« . Ils réclament également que des mesures soient prises à l’encontre de l’avocat « pour mettre fin à ce genre de comportement« .

Le Syndicat national de la presse marocaine a également réagi à l’affaire. Dans un communiqué daté du 19 avril, il dénonce la répétition de ces agressions à l’encontre de journalistes », et invité l’Ordre des avocats de Casablanca à « assumer sa responsabilité en ce qui concerne la régulation du comportement de ses membres« .

article suivant

Youssef Chraibi, PDG d'Outsourcia: "Le télétravail nous a permis de maintenir 100% de nos emplois"